La filière bois-énergie

La stratégie de développement de la filière bois énergie sur le territoire de Puisaye-Forterre s’inscrit plus globalement dans la politique de la collectivité en termes de transition énergétique. Le territoire de Puisaye-Forterre est engagé dans la démarche TEPOS (territoire à énergie positive) depuis 2013. En 2015, un travail commun de la Station de Recherche Pluridisciplinaire des Metz (SRPM) avec l’école AgroParisTech a abouti à la publication d’un rapport sur la valorisation du bois-énergie issu du bocage.

La Charbonnette

La création de la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), La Charbonnette, répond aux diagnostics de territoire réalisés depuis 2015 dans le cadre du plan Bocage par la SRPM, puis par Forêt Énergie Ressources pour la structuration de la filière bois locale. Ces diagnostics ont révélés un axe majeur : la nécessité de développer la demande pour mieux valoriser l’offre. L’objectif est de créer de nouveaux réseaux de chaleur collectifs alimentés en bois déchiquetés. La valorisation économique de la ressource forestière et bocagère permet de favoriser les pratiques respectueuses des sols et de bien sélectionner les compartiments bois à prélever.

Avec le quart du territoire recouvert de forêt et un potentiel démontré au sein du linéaire bocager, la ressource bois mobilisable est suffisante pour couvrir les besoins énergétiques de nouveaux projets. À ce jour la demande en combustible bois des chaufferies collectives privées et publiques en service est d’environ 1 200 tonnes par an. Une mobilisation supplémentaire de biomasse de 6 000 à 12 000 tonnes par an peut raisonnablement être réalisée et soutenable.

La création de nouveaux réseaux se heurte actuellement à deux obstacles majeurs :
→ La capacité d’investissement des collectivités : le financement d’installations au bois demande des investissements de départ plus élevés que les solutions au fioul, au gaz ou à l’électricité
→ Le manque de moyens humains en interne pour garantir la réussite des nouveaux projets : les réseaux de chaleur au bois nécessitent impérativement une bonne conception pour garantir un bon fonctionnement et valoriser ainsi l’investissement initial

Pour lever ces obstacles, des acteurs privés et publics de la filière locale souhaitent se réunir au sein d’une nouvelle entité coopérative afin de mutualiser les compétences et d’assurer le bon dimensionnement des projets. Cette nouvelle entité, baptisée La Charbonnette, porte l’investissement des chaufferies, pilote la réalisation des travaux, puis réalise l’exploitation des réseaux.

Après réalisation d’une étude de faisabilité permettant de déterminer l’intérêt ou non d’un projet, en cas d’avis favorable, La Charbonnette propose un contrat provisoire de vente de chaleur à l’ensemble des entités susceptibles de se raccorder. La société réalise alors la maîtrise d’œuvre et la consultation des entreprises. En parallèle, elle libère les communes en effectuant les démarches de financements et de subventions auprès des interlocuteurs régionaux (ADEME et Région). Une fois les offres des entreprises connues, le montant des travaux et le taux de subventions fixés, la Charbonnette propose un accord définitif de revente de chaleur puis engage les travaux. La Charbonnette réalise ensuite l’approvisionnement en plaquettes locales, ainsi que l’entretien et la maintenance de la chaufferie.

Le 6 avril 2021, les statuts officialisant la création de la SCIC La Charbonnette ont été signés par les membres fondateurs qui sont : la Communauté de communes de Puisaye-Forterre, la Station de Recherche Pluridisciplinaire des Metz (SRPM), l’agriculteur Hugues Barrey, l’Établissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT) EPNAK, le bureau d’études Pyxair et le chauffagiste La Technique Moderne. La société est présidée par Jean Massé, Maire de Saints-en-Puisaye.